Réunion téléphonique avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire

Nous avons pu échanger assez longuement par téléphone avec Laure Ménétrier, conseillère en charge des nouvelles mobilités et du transport maritime au Ministère de la transition écologique et solidaire.

Les EDPM font pleinement partie de ses sujets de discussions actuels.

Nous avons pu évoquer les différents problèmes dont notre association souhaite discuter avec les Ministères:

  • Le bridage à 25 km/h.
  • L’amende de 1500€ pour le simple fait de circuler avec un EDPM non bridé à 25 km/h par construction.
  • La circulation hors agglomération.

Nous avons aussi évoqué plusieurs propositions de solutions pour résoudre ces problèmes:

  • Différenciation des vitesses entre propriétaires (25 km/h) et free-floating (20 km/h).
  • Expérimentation pour le hors agglomération (tester l’utilisation sur routes communales et départementales et en tirer un bilan).
  • Possibilité de rendre le port du casque obligatoire pour le réseau hors agglomération.
  • Transformer le bridage par construction en bridage simple (quelle que soit la méthode : smartphone, firmware, LCD, tilt-back, câblage) pour limiter l’impact sur tous les EDPM déjà vendus et prendre en compte les contraintes spécifiques aux engins gyrostabilisés.
  • Changer la catégorie de contravention (de la classe 5 à 4) pour dépassement de la vitesse maximale autorisée pour les EDPM et ainsi la rendre équitable vis-à-vis des débridages des autres véhicules.
  • Mise en place d’une solution nationale permettant de remonter les problèmes observés sur la chaussée par smartphone pour améliorer la sécurité des utilisateurs d’EDPM (notre sondage a montré que 50% des accidents sont liés à la qualité de la chaussée).
  • Mise en place d’une catégorie complémentaire pour les EDPM permettant d’aller à 45 km/h (catégorie EDPM Rapides) avec des contraintes complémentaires (casque obligatoire, réception européenne…) et le niveau de sécurité adéquat des engins.

Mme Ménétrier s’est montrée très à l’écoute de nos problèmes et questions.

Le décret est en instance de passer au Conseil d’état et devrait prochainement paraître. Il n’est pas envisageable de le modifier car les Ministères souhaitent une sortie rapide du décret et donc régler les actuels problèmes (pour beaucoup liés à la pratique du free floating en milieu urbain). Par ailleurs, le décret a déjà été validé par la Commission européenne. Une modification de ce dernier retarderait de plusieurs mois son application.

Cependant, le Ministère reste très ouvert, et se dit prêt à travailler sur une évolution du décret.

Cela va nécessiter des discussions avec l’ensemble des parties : associations, professionnels, autres ministères, et tout particulièrement le département de la sécurité routière. Ces derniers doivent être convaincus que les mesures qui seront évoquées et débattues n’entraîneront pas plus d’accidents et de décès parmi les utilisateurs d’EDPM. Cette démarche peut se faire rapidement, elle dépendra principalement de l’efficacité de l’ensemble des acteurs.

A nous de faire des propositions de solutions viables et argumentées, en prenant en compte la réalité du terrain et des utilisateurs, pour convaincre les instances gouvernementales et pour que ces ajustements permettent le développement de l’usage des EDPM tout en limitant les risques pour tous les usagers de la route.

Le travail se poursuit donc au sein de l’ANUMME, toujours dans le but d’améliorer l’utilisation de nos engins de micro-mobilité favoris et de construire ensemble notre avenir.

 

François Deslandes

Architecte système d'information / Habite à Paris / La trot est mon moyen de locomotion principal / Président de l'ANUMME

8 pensées sur “Réunion téléphonique avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire

  • 07/09/2019 à 23:38
    Permalink

    En clair ils souhaitent régler au plus vite leurs problèmes avec les flottes qui elles s’en fichent pas mal d’être limitées à 20 à l’heure et bloquées dans les villes intramuros du moment que le casque n’est pas obligatoire.

    Ils vont vous écouter et une fois que le décret sera passé alors c’est mort pour toute évolution de la réglementation. Vous pensez bien mon petit monsieur, faire évoluer encore la réglementation pour quelques hurluberlus qui roulent avec des trottinettes personnelles… on va quand même pas faire bouger la loi avec tout ce que cela entraine pour si peu…

    J’enrage d’autant de bêtise…

    Répondre
  • 08/09/2019 à 1:13
    Permalink

    Bonsoir,
    Espérons qu’ils ne nous feront pas le coup du 80km/h qui peut aujourd’hui est revu à la hausse avec de telles contraintes que nous risquons de rester à 80 dans la grande majorité de la France. Merci encore pour tout ce que vous faites pour nous mais soyons lucide quand ils nous disent que le projet passe tel qu’il est aujourd’hui car le modifier prendrait quelques mois il faut constater que comme pour l’ensemble de leurs décisions c’est prit dans l’urgence sans consultations approfondies auprès des personnes compétentes.

    Répondre
  • 09/09/2019 à 22:04
    Permalink

    Bonsoir,

    Une question se pose à la lecture de ce compte-rendu : quelle version du décret sera-t-elle validée au final ? celle de l’Hotel Beauvau à 25 km/h (qui est également la version entérinée par la commission européenne) ou celle de Mme Borne à 20 km/h ?

    Je ne sais pas quel poids pèse Laure Ménétrier au sein du ministère mais tout ce cirque me laisse quand même un goût amer… Tous ces gens qui veulent régenter la vie des autres dans le seul but de marquer des points dans leur plan de carrière commencent à me gonfler méchamment…

    Sacrifier les propriétaires d’EDPM sur l’autel du free-floating, c’était la pire des solutions, mais le citoyen lambda ne pèse rien face à la connivence entre lobbies et politiques.

    Merci à l’Anumme, vous êtes seuls contre le léviathan étatique, c’est méritoire…

    Répondre
    • 09/09/2019 à 23:28
      Permalink

      Le décret passera bien à 25 km/h 😉
      Laure Ménétrier fait parti du cabinet de la ministre (donc, plus proche collaborateur).
      Elle n’a pas un parcours de politicienne, ce qui favorise certainement son ouverture.
      Reste à espérer que cette ouverture se concrétise.
      Et oui, il reste beaucoup de travail pour faire entendre la voix des propriétaires d’EDPM. Mais on est pas seul, FPMM & AFPIMEP sont avec nous aussi !

      Répondre
  • 10/09/2019 à 11:55
    Permalink

    Merci à François et au reste de l’équipe pour votre implication

    Répondre
  • 11/09/2019 à 13:32
    Permalink

    alors ce decret? pour le moment on voit que 20km/h…

    Répondre
    • 18/09/2019 à 14:23
      Permalink

      le décret a toujours annoncé 25 km/h 😉

      Répondre
  • 16/09/2019 à 8:06
    Permalink

    Bonjour,

    Bravo pour votre action et votre implication. Toutefois, je pense aussi que si on en est déjà là, c’est plié !
    N’y a-t-il pas lieu interpeller officiellement Madame Borne, ministre de l’écologie, ou sa collaboratrice Madame Ménétrier, sur la logique écologique à contraindre un utilisateur d’EDPM habitant hors agglomération à utiliser désormais sa voiture diesel de 2 000 kg pour aller au village voisin acheter une baguette de 200 g quand il lui était permis de le faire quotidiennement avec un EDPM de 13 kg, soit 154 fois moins et quasiment sans empreinte carbone… ou à un citadin pour aller faire ses courses au centre commercial situé juste après le panneau de fin d’agglomération, et sur la logique sécuritaire d’interdire la circulation d’une trottinette à 20 ou 25 km/h hors agglomération quand on y autorise une trottinette non motorisée à circuler à 15 km/h avec l’encombrement bien supérieur dû au patinage, parmi les autres véhicules autorisés selon les portions à 70, 80 ou 90 km/h ?
    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *