[Portrait] Loïc, utilisateur de trottinette électrique

Nous engageons une nouvelle série d’articles sur les utilisateurs d’EDPM.

N’hésitez pas à nous raconter comment s’est construite votre vie avec cette nouvelle mobilité. On fera un article !

Voici l’histoire de Loïc.

 

Actuellement, mon EDPM me sert pour les trajets domicile-travail, mais également pour aller au sport 3 fois par semaine après le travail. Il s’agit d’une e-twow monster non bridée.

 

Avant…

Le trajet commence par 5 à 15 min de voiture pour aller à l’arrêt de tram le plus proche de chez moi. Comme il y a un collège juste à côté et que l’heure à laquelle je le prends correspond à l’heure où les collégiens commencent leur journée, il y a souvent des embouteillages.

Je prends donc le tram pendant 20 min, puis change de ligne et fais encore 20 min de tram.

Le trajet se termine par 5-10 min de marche pour arriver au travail.

Après le travail, lorsque je n’ai pas de sport, le trajet est le même en sens inverse. Par contre, lorsque j’ai sport, je suis obligé de prendre la voiture à l’arrêt de tram où je l’ai laissée le matin pour aller à la salle, et là, embouteillages, puis il faut trouver une place pour se garer.

En voiture, je fais donc 7 km/j si je ne vais pas au sport, sinon le double.

 

Après…

La première étape du trajet, la trottinette remplace la voiture. Moins rapide en vitesse de pointe, mais permet d’éviter les embouteillages, donc quelques petites minutes en moins en temps de trajet (en moyenne).

En tram, par contre, il y a quelques petites modifications intéressantes, possibles uniquement avec un EDPM. Je ne fais plus 20 min + 20 min de tram mais 15 min + 10 min, car je coupe entre deux arrêts qui sont assez proches en trottinette alors que le tram fait un gros détour, mais tout de même trop éloignés pour le faire à pied. Je gagne ici environ 10 min. J’évite également les portions des lignes de tram les plus fréquentées.

De l’arrêt de tram au travail, je le fais en trottinette, ce qui me fait aussi gagner quelques minutes.

Lorsque je vais au sport, à la place de descendre à l’arrêt où j’ai pris le tram le matin, je descends à l’arrêt suivant, qui est plus proche de la salle et qui me permet d’éviter les embouteillages.

Autre point très intéressant, lorsque je fais le trajet en trottinette en longeant la ligne de tram, je vais à peu près à la vitesse du tram.

Du coup, en cas de problème sur les lignes de tram, je ne perds plus de temps.

En trottinette électrique, je fais 12 km/j en moyenne si je prends le tram autant que possible.

 

Conclusion

Je gagne un peu de temps de trajet et surtout une bien meilleure maîtrise du temps de trajet.

Je fais également des économies car, bien que je fasse le double de kilomètres/jour par rapport à la voiture, la consommation est beaucoup plus faible et le prix de l’électricité est bien inférieur au prix de l’essence.

En bonus, la trottinette ne fait presque aucun bruit et est très agréable à conduire.

Par temps de pluie, par contre, je repasse à la voiture car la route est trop glissante pour rouler à la vitesse à laquelle je dois aller sur la route, les automobilistes me voient moins bien et je prends des risques pour l’électronique de la trottinette avec l’eau.

 

Et la loi dans tout ça?

Les protections, pour moi, c’est casque de roller, protèges coudes de roller et gants de moto, + gilet jaune de nuit.

Pour la limitation à 25 km/h par construction, j’ai accepté le fait que je sois un grand délinquant routier. En effet, les routes que je prends, et en particulier celle pour couper entre les arrêts de tram, sont des voies limitées à 50 km/h, très fréquentées et sans piste cyclable. Même en roulant à 45 km/h au compteur (~40 km/h GPS), les automobilistes me dépassent en permanence, même si c’est pour piler au feu rouge 20 m plus loin. Du coup, je ne préfère pas essayer à 25 km/h.

La loi dit également qu’il faut respecter le code de la route et les autres usagers. Aucun changement, ces règles sont évidentes pour moi.

Par contre, j’ai remarqué qu’elles le sont beaucoup moins pour certains autres usagers, qui ne circulent pas en EDPM dans la majorité des cas, m’obligeant à faire attention pour les autres.

François Deslandes

Architecte système d'information / Habite à Paris / La trot est mon moyen de locomotion principal / Président de l'ANUMME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *