Rouler par temps humide ? Attention aux conséquences…

Vous prenez votre trottinette, gyroroue ou skate régulièrement ? Vous avez certainement eu le droit à une petite averse.

Quand on utilise son engin tous les jours pour aller au travail, que les nuages se forment et que la pluie arrive, on n’a parfois pas trop d’autres choix que de continuer et finir notre trajet.

En plus de valoir quelques glissades à certains, il faut savoir que la très grande majorité des engins ne sont pas étanches.

 

IP quoi ?

La conception des EDPM prend rarement l’étanchéité comme un critère important, au grand damne de certains.

Quand c’est le cas, l’étanchéité est souvent indiquée par un “IP” (indice de protection) dans la fiche commerciale et technique.

L’indice de protection (IPa) est une norme internationale de la Commission électrotechnique internationale relative à l’étanchéité paru pour la première fois en 1989. Il est repris par la norme européenne EN 605292. Cet indice classe le niveau de protection qu’offre un matériau aux intrusions de corps solides et liquides. Le format de l’indice, donné par la norme CEI 60529, est IP 69 où les caractères 6 et 9 sont deux chiffres et/ou une lettre. Les chiffres indiquent la conformité avec les conditions résumées dans les tableaux ci-dessous. Lorsque aucun critère n’est rencontré, le chiffre peut être remplacé par la lettre X.

Par exemple, un indice de protection IP2x signifie que l’appareil est protégé contre l’intrusion de solides supérieurs à 12,5 mm (premier chiffre), mais que son fonctionnement n’implique pas la nécessité de le protéger contre l’intrusion de liquides. On place donc un “x” à la place du deuxième chiffre, pour signifier l’inutilité de rendre ce matériel étanche aux liquides.

source wikipedia

Protection indice IPsource : https://www.factorysystemes.fr/produits/indice-protection-IP/

En-dessous de IPx4 (IPx3 par exemple), on peut considérer que rien n’est protégé, et nous déconseillons de sortir sur terrain humide.

Quelques marques commencent à s’intéresser à ce créneau (IPx4 ou mieux) : Speedtrott (GX12, GX14), Boosted (Rev, Board) ou encore Weped. La batterie et le contrôleur sont alors souvent isolés dans des caissons étanches.

source : Boosted Rev

 

Infiltration d’eau… le drame

Les conséquences peuvent être immédiates ou à plus long terme. L’eau a la fâcheuse tendance à s’infiltrer partout… et l’électronique n’aime pas ça.

La batterie est très souvent protégée des courts-circuits (par le BMS – Battery Management System -), mais un petit bain ne lui fera pas de bien. Même si la batterie semble isolée par une protection plastique, c’est rarement suffisant pour protéger les cellules et les lamelles qui relient ces cellules. La rouille s’installe, vous perdez rapidement de la capacité, et puis … plus rien.

Idem pour les cartes contrôleurs de nos engins, les composants électroniques n’aiment pas l’eau, et un court-circuit leur est souvent fatal.

Les moteurs sont eux aussi très exposés. Au plus proche de la route, ils vont souvent se baigner un peu dans les flaques. Les conséquences sont là encore invisibles, mais les éléments le constituant (stator, rotor, bobinages) sont en métal, et la rouille se fera un malin plaisir de grignoter tout ça au fils des mois/années. Idem pour les roulements qui s’abîmeront plus vite. La roue commence à avoir plus de mal à tourner, c’est mauvais signe …

Vous l’avez compris, si ce n’est pas étanche, les conséquences sont fâcheuses.

Nous espérons que les constructeurs prendront rapidement en compte les nouveaux usages avec une utilisation quelle que soit les conditions météo (comme les vélos électriques ou les trottinettes en libre service).

 

Vous avez fini votre trajet sous la pluie, que faire ?

Il faut ouvrir assez rapidement les différents compartiments et essuyer du mieux possible les différents éléments avec un torchon. Ensuite, utiliser un sèche-cheveux ou un radiateur pour bien sécher tout ce qui n’est pas accessible directement.

Pour le reste, plonger les éléments dans du riz pour absorber l’humidité.

Youtube et les réseaux sociaux fourniront de l’aide pour trouver la bonne technique.

 

Une solution préventive ? du DIY !

Les utilisateurs sont souvent ingénieux pour essayer de résoudre ce type de problèmes. Le DIY (Do It Yourself) vous permet de résoudre une bonne partie des problèmes d’étanchéités, même si le résultat sera rarement aussi bon qu’un engin bien conçu par le fabricant.

Si vous souhaitez vraiment rouler par temps humide, nous vous conseillons de regarder sur les réseaux sociaux les nombreux tutoriels.

Au niveau technique, pour faire simple :

  • pour le châssis, mettre du joint silicone sur toutes les ouvertures ou trappes qui s’ouvrent. Faire attention à tous les endroits où les vis, les câbles et boutons passent, idem, silicone.
  • pour la batterie, ajouter une couche de silicone si les cellules ou le BMS est visible.
  • pour le contrôleur (et/ou LCD), le démonter, isoler tous les connecteurs avec du scotch, et mettre du vernis tropicalisant.
  • pour le moteur, silicone sur le passage de câble qui amène l’électricité. Pour les aimants/bobines, vernis tropicalisant.
  • pour les vis qui donnent accès à l’intérieur, mettre des joints silicones au niveau des têtes de vis.

Attention, toutes ces opérations vous demandent de démonter votre engin, et la garantie ne sera souvent plus valable.

Certains utilisent des solutions plus rudimentaires …

Une fois que c’est fait ?

Vous pourrez rouler un peu plus sereinement dans une flaque ou sous une petite averse... mais attention, la pluie réduit aussi fortement l’adhérence des pneus de nos engins.

C’est encore bien pire si les roues ne sont pas gonflées (gomme pleine) car la déformation du pneu est très légère et la surface de contact est réduite. La glissade est souvent au bout du tournant.

Les wheelers sont chanceux sur ce point, car ils sont tous en pneus gonflés ! En skate, hors roues tout terrain, point de salut… Sur les trottinettes, un moteur seul à l’avant avec un pneu plein se traduit souvent pas des glissades et les fesses à terre.

 

Alors ? toujours prêts à rouler par tous temps ?

 

PS : merci à tous les membres de groupes Facebook qui nous ont permis d’utiliser ces photos.

N'oubliez pas de soutenir l'ANUMME en adhérant !

François Deslandes

Architecte système d'information / Habite à Paris / La trot est mon moyen de locomotion principal / Président de l'ANUMME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *