Comment bien choisir son skateboard électrique ?

Article rédigé par No Roma de e-sk8.fr

Pffiou en voilà une question compliquée ! Si vous vous amusez à poser cette question sur les réseaux sociaux vous ne serez pas plus avancé… chacun donnera ses arguments, d’autres tenteront de placer leurs produits partenaires…
Bref, pour bien choisir, il faut tout d’abord savoir quelle sera notre utilisation ! C’est le point de départ pour le choix de n’importe quel EDPM à mon sens.

L’utilisation

Quotidienne ? Pour aller au boulot ? Pour faire des balades très longues entres amis le week-end ? Pour rejoindre des amis en centre ville de temps en temps ? Pour la compétition uniquement ?
C’est de ce choix que va généralement découler tous les autres choix notamment : l’autonomie, la puissance, le type de deck (planche)…

Le revêtement

En skateboard électrique, il faut bien réfléchir aux revêtements que vous allez emprunter en général, sinon cela peut vite devenir un enfer ! En effet, les autres EDPM ont généralement de grosses roues et souvent gonflable (pneumatique), ce qui apporte un confort, et encore il y a souvent de suspensions sur les trottinettes (cela commence tout juste sur les monoroues). En skateboard électrique, il est généralement utilisé des roues uréthane, donc pleines et les suspensions sont rares à l’exception de certaines mountainboards ! Seul le deck (planche) en fonction de sa souplesse (flex) apporte un peu de confort. Désormais de nombreux skate sont équipés de roues pneumatiques, ce qui apporte beaucoup d’avantages mais c’est souvent plus encombrant et adieu les slides (et bonjour les crevaisons).

Il faut donc se poser la question : bitume impeccable ? bitume défoncé ? graviers, terre, herbe…

Le budget

A mon sens le budget vient après ces deux critères (utilisation et revêtement). En effet, si je détermine qu’il me faut un skate pour aller tous les jours au boulot situé à 25km, qu’il doit être étanche, avec des pneus car je passe dans un chemin de terre et que j’ai besoin de puissance pour arriver à mon taf en haut d’une côte de 2 km mais que j’ai que 500 euros à mettre… On peut tout de suite oublier et économiser. C’est d’ailleurs une double économie, car acheter un skate bas de gamme ou non adapté à mon utilisation va généralement déboucher à des pannes, des casses, de l’entretien à répétition, puis enfin à un dégout du skate électrique alors que c’est génial 😊
Il est assez difficile de donner une fourchette de prix mais disons qu’en dessous de 400 euros environ il s’agit plus de jouet pour vos enfants et je ne ferai guère confiance à ce genre d’engin.
Depuis maintenant quelques années des entreprises chinoises (et une ou deux françaises) nous proposent en direct des skates plutôt qualitatifs à des prix très raisonnables (350 euros en promo à 600 euros livré et dédouanné).
Il y a souvent quelques points d’améliorations mais ce sont de bonnes bases pour découvrir le e-skate sans se ruiner et en ayant quelque chose de sympa sous les pieds.
Ensuite on passe plus sur des boards entre 1000 et 2000 euros où il y a quelques marques en R2R (ready to ride). Il s’agit là de skateboard plutôt « haut de gammes » avec un SAV généralement bon avec de vrais interlocuteurs en France. Cette tranche de prix peut aussi concerner des skates importés de puis l’étranger où il y a aussi de beaux produits, mais attention aux frais de livraison et de douanes (à bien intégrer dans votre budget !)
Au-dessus de 2000 euros il y a peu de board R2R, il s’agit souvent d’un second achat et /ou d’un achat passion, et oui une fois qu’on a essayé le skate électrique, on n’a plus du tout la notion de l’argent 😊 Le maximum pour une board R2R s’élève à environ 6500 euros …
Autre chose importante, il faut aussi mettre dans son budget des protections décentes. Il ne s’agit pas de tout mettre dans la board et de se dire, ah mince j’ai plus d’argent pour un casque ou des protèges coudes ! Non, vraiment, mettez un casque, et des protège genoux et coudes au minimum au départ si vous n’avez jamais fait de skate.

La puissance et les moteurs

Il s’agit d’un critère à prendre en compte même si vous ne faites pas de compétition ! En effet, en fonction de votre poids, tous les skates ne seront pas adaptés au parcours que vous allez emprunter.
Par exemple, vous habitez en bas d’une colline et vous voulez un skate pour aller voir votre copine là haut sur la colline, il vous faudra généralement un dual motor (double moteur). Bon ok, désormais quasiment tous les skates du marché possèdent deux moteurs, mais clairement pour le moment les moteurs externes ont un gros avantage : la démultiplication ! Que ce soit par courroie, chaine, ou engrenage, cela permet, comme sur un vélo, d’avoir un rapport de réduction ! Le moteur hub, lui est incorporé dans la gomme de la roue, il force en direct pour faire simple. Il chauffe plus facilement et dissipe moins bien la chaleur à cause de la gomme qui l’entoure ce qui peut être un souci si vous souhaitez utiliser votre skate pour faire des balades en montagne, alors qu’en ville il sera très silencieux, étanche et il demande moins de maintenance. On revient donc à l’utilisation que vous allez en avoir !
Un moteur hub est entouré d’une couche de gomme relativement fine, il a donc peu d’amorti, c’est pourquoi il est souvent plus adapté à un revêtement plutôt lisse et propre surtout si le trajet est long. En revanche, l’absence de transmission et donc de frottement offre à un skate à moteur Hub une très bonne sensation de glisse avec une très bonne roue libre et un grand silence !

Les types de moteurs

La taille, ça compte !

Pour le coup quand en parle de moteur la taille ça compte ! quoi que…
Pour faire simple, plus un moteur est gros en diamètre et long plus il sera puissant. A condition que l’ESC (electronic speed controller) et/ou la batterie puissent suivre…

Par exemple, on parle de moteurs 6374, ce qui signifie 63mm de diamètre et 74mm de longueur.

Contrôleurs (ESC, VESC)

Le skate électrique a une particularité par rapport aux autres EDPM : les VESC !
Sur les autres EDPM on parle généralement de contrôleurs ou ESC (electric speed controlor), c’est la carte électronique qui gère la puissance envoyée aux moteurs, c’est l’interface entre la batterie et les moteurs. C’est une pièce maîtresse, c’est à mon sens même une des plus importante car ses rôles sont multiples. Gestion de l’accélération, freinage, puissance, vitesse … bref si ça crame plus d’accélération mais surtout plus de frein ! La plupart des ESC pour les EDPM sont des grosses boiboîtes en alu, et les firmware (logiciel) sont propriétaires donc vous ne pouvez rien modifier (ou peu de choses).
Grâce à un petit génie appelé Benjamin VEDDER, nous avons le VESC !
C’est un ESC open source, c’est-à-dire que nous pouvons tout modifier ! Vitesse, puissance, courbe de freinage et accélération, création de mode, module bluetooth bref c’est le Graal, à condition de ne pas faire n’importe quoi ! Et oui c’est open open !
Je vous en parle car le vesc est très utilisé en DIY (Do It Yourself) mais aussi par les fabricants de planche Ready to Ride (R2R).
Vous pouvez faire un tour sur son site : https://vesc-project.com/
Ces Vesc peuvent être utiliser sur tous les type EDPM, à condition de passer du temps à lire les forums et à faire des modifications 😉
La plupart des marques chinoises ou grand public de skate R2R utilisent plutôt des ESC optimisés pour le skate.
Les marques de skate R2R utilisant des VESC s’orientent plus sur des skates haut de gammes, chers et peu adaptés à un débutant.

L’autonomie

Première règle : ne pas croire ce que dit la marque ! les autonomies annoncées sont souvent sur évaluées où données pour un rider de 50kg vent dans le dos à 15kmh.
Vous pouvez donc enlever 10% à 20% par rapport à ce qui est indiqué mais le mieux est encore de demander aux utilisateurs qui font le même poids que vous environ. Là il y a un vrai intérêt à demander conseil sur les réseaux sociaux ou forums.
Certaines marques proposent des batteries supplémentaires à mettre dans le sac à dos, ça ne pèse souvent pas plus qu’une bouteille d’eau et ça permet de doubler votre autonomie tout en gardant un skate léger et adapté à votre utilisation.
Les facteurs réduisant votre autonomie : le froid, votre poids, les roues pneumatiques, les revêtement abîmés ou tout terrain, votre style de ride …
Petits conseils pour comprendre les valeurs techniques annoncées :
Vous verrez souvent sur les sites internet les fabricants parler de 36v, 12ah, 785wh, 10s4p… Le but n’est pas de faire un exposé technique ici, il y a de super forum et communautés pour ça 😉 mais pour faire simple 1s=3.6v. La plupart des skates R2D sont actuellement en 10s soit 36v. Certains sont en 12s soit 12 x 3.6v= 43.2v (parfois noté 44.4v). Ensuite il y a les « ah » ou « ampère/heure ».
Plus il y a d’ampère/h (ah), plus il y d’autonomie, si vous comparez deux batteries avec le même nombre de « s ». Une 10s4ah a deux fois moins d’autonomie qu’une 10s8ah.

L’aspect légal

C’est un peu le point noir de ces EDPM. Il y a pour le moment très peu de skate électrique en règle vis-à-vis du décret. Les constructeurs ne se pressent pas trop et ça ne semble pas les déranger. Il y a environ 3 ou 4 marques qui proposent un bridage à 25kmh, et encore pour certaines c’est en cours de développement. C’est donc un aspect important à prendre en compte si vous souhaitez utiliser votre skate au quotidien !

N’oubliez pas qu’une assurance responsabilité civile est obligatoire aussi.

Le plaisir

Il ne faut pas oublier un critère très important ! Le plaisir ! Et oui, il se peut qu’après avoir posé sur le papier votre utilisation, le revêtement sur lequel vous allez généralement rouler, la puissance et l’autonomie dont vous avez besoin, vous tombiez sur un coup de cœur ! Un skate qui vous fait vraiment de l’œil ou une occasion en or ! Foncez ! C’est avant tout une passion et je pense qu’il est important d’écouter son cœur 😉

Et si vous n’avez pas trouvé votre bonheur dans les skates aujourd’hui vendus sur le marché ? Et que vous aimez bricoler ? Le DIY (Do It Yourself) est fait pour vous ! En effet, le skate électrique est aujourd’hui fortement représenté par sa communauté de bricoleurs et vous pourrez facilement demander de l’aide sur les différents forums internationaux. Mais attention, il faut aimer mettre les mains dedans, que ce soit pour la réparer ou pour la faire évoluer, mais ne comptez pas économiser en la faisant vous-même ! Le DIY permet surtout de fabriquer soit même la board qui va parfaitement convenir à votre UTILISATION !

 

Un petit résumé pour ceux qui ont la flemme de tout lire 😊

Le sens de la réflexion

Les différents types de skates électriques

Il ne s’agit pas là d’une liste exhaustive ou de conseils d’achat ! Il s’agit d’exemples pour illustrer les différents types de skates et leur fourchette de prix. Il existe bien d’autres marques, modèles, de qualité alors vraiment n’hésiter pas à chercher sur le net.

> Les longboards
>> Compacts (cruiser)

Plusieurs marques proposent des skates très compacts et légers, adaptés aux transports en commun et déplacements intra-urbain, avec des autonomies de 10 à 25km environ.

Elwing : très compact et léger 6 à 7.5kg , approx 400-600 euros
Existe une version homologuée

Wowgo / Meepo / Ownboard : entre 350 euros et 600 euros

Les longboard avec des plateaux plus longs offrent la possibilités (ou non) d’avoir du flex et un certain confort. Cela permet aussi d’avoir souvent plus de stabilité et plus de place pour de plus grosses batteries : autonomie de 20km à 40km

Wowgo / Meepo / Ownboard : entre 350 euros et 700 euros

Exway : approx 600 à 750 euros

>> Les skates 2en1

Ils permettent de changer de roues tout chemin à street :

Evolve : La GTR approx 1800 euros
SAV en France, version homologuée disponible

Evo skate : le switcher approx 1000 euros
SAV en France, version homologuée disponible

Metroboard : 2500 dollars environ hors frais de port et douane

> Les mountainboard

De vrais skates tout terrains avec ou sans strap (pieds attachés), ils permettent de passer partout et possèdent généralement plus de couple que des skates street.

Overion : Fabricant français, approx 2000 à 2500 euros

Kaly.NYC : de 2850 dollars à 3850 dollard (hors frais de port et douanes)

Lacroix : 2500 dollars à 4000 dollars hors frais de port et douane
Autonomie jusqu’à 95km !

Bajaboard : G4X, 25kg et approx 5000 euros et plus…

 

Comparateur

N’hésitez pas à consulter notre comparateur pour découvrir le modèle qui vous convient le mieux !

https://www.anumme.fr/comparateur-de-skates/

 

Lexique

Deck : plateau le plus souvent en bois sur lequel le rider est debout
Rider : la personne qui ride 😉
Trucks : essieux, partie où les roues sont vissées.
R2R : « ready to ride », il s’agit de skateboard directement acheté sur un site internet ou en boutique avec une marque et directement utilisable, en opposition au DIY (Do it Yourself) où il s’agit de fabriquer son propre skate électrique à partir de pièces achetées en kit.
ESC : electronic speed controller, il s’agit de la carte électronique qui équipe n’importe quel EDPM. Cette carte gère la puissance envoyée aux moteurs.

N'oubliez pas de soutenir l'ANUMME en adhérant !

François Deslandes

Architecte système d'information / Habite à Paris / La trot est mon moyen de locomotion principal / Président de l'ANUMME

3 pensées sur “Comment bien choisir son skateboard électrique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *